Le Choix de Rudi, Françoise Dargent, 2015

 

Le-choix-de-Rudi-

 

 

Carte d’identité du livre :

-Auteur : Françoise Dargent est journaliste et critique littéraire pour Le Figaro. Grandissant près de la frontière belge, le climat pluvieux l’a poussée à dévorer toute la bibliothèque. Journaliste, elle écrit également des chroniques sur la littérature jeunesse.

-Date de sortie : 2015

-Edition que je possède : Hachette Livre

-Collection : Hachette Romans

-Nombre de pages : 347

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé de la quatrième de couverture :

 

« Quand il ne va pas à l’école, Rudi danse.

Quand il danse, il vit.

Alors il danse, et il ne pense qu’à cela.

Il oublie qu’il n’est pas libre dans son pays, l’Union Soviétique.

Il oublie qu’être danseur n’est pas un métier aux yeux de son père.

Il oublie la misère et il résiste.

Il prend des cours en cachette.

Il est doué. Mais aussi rebelle.

Un peu trop au goût des adultes.

 

Pour devenir danseur étoile, il va devoir se battre.

Pour devenir le meilleur, il va devoir s’enfuir.

 

Un roman inspiré de l’adolescence de Rudolf Noureev, le plus grand danseur du XXe siècle.»

 

« Avant de devenir danseur étoile, Rudolf Noureev était Rudi. »

 

 

stock-illustration-13679729-arabesque-decoration

Résumé personnel :

 

La vie en Union Soviétique en 1951…

Votre vie, c’est danser. Depuis toujours, pour toujours, vous ne voulez que danser.

Seulement les conditions de vie à une époque rude ne vont pas vous être favorables.

Il faut se battre pour pouvoir vivre sa passion dans un pays où la liberté d’expression n’existe pas…

 

 

Rudi vit dans un pays dur, froid. Sa famille est pauvre, son père le bat mais Rudi n’en a que faire car Rudi danse. Où qu’il soit, peut importe le temps qu’il fait, qu’il est le droit ou non, Rudi danse. Et il va se battre pour s’exprimer librement avec son corps. Jeune homme rebelle, fort et plein d’ambition, Rudi va devenir le plus grand danseur du XXe siècle. Tant admiré par sa beauté, sa grâce et son envergure. Le lecture va pouvoir découvrir comme le petit Rudi au cœur de pierre et aux pieds de flammes est devenu Le grand Rudolf Noureev.

 

 

Mon avis :

 

Tout d’abord, je voulais absolument ce livre lorsque j’ai découvert sa sortie=

Il a rejoint ma PAL peu de temps après et n’y est pas bien resté.

 

En effet, je suis passionnée par la danse depuis toujours.

Vous avez peut-être pu le lire dans mon TAG, j’ai commencé la danse dès l’âge de quatre ans et je n’ai jamais décroché. J’en fais actuellement environs 5heures par semaine et sans la danse, je crois qu’il me sera difficile de vivre dans ce monde de fou…

 

Donc, tout ce qui touche la danse me touche. Tout comme Rudi, je vie pour danser.

Ce livre était une évidence, je me devais de le lire pour découvrir la vie, l’enfance et l’adolescence plus précisément du plus grand danseur du XXe siècle.

 

Ce roman biographique de Rudolf Noureev a été super et très intéressant. J’ai pu apprendre beaucoup de chose et j’ai pu vivre à travers les yeux de Rudi une époque bien difficile.

J’ai adoré ce récit que j’ai lu très vite.

 

J’ai été, cependant, quelque peu agacée au début par le manque de négation correct. Il n’y avait jamais le « ne » lorsque Rudi s’exprimait négativement.

Je pense que l’auteur a joué là-dessus pour montrer que Rudi est jeune, c’est un enfant et de plus, avec un sal caractère, puisque la négation revient lorsqu’il est adulte.

Mais voilà, je n’aime vraiment pas cela à l’écrit…

 

Mise à part ce détail, j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur qui m’a permise d’entrer vraiment dans la vie de Rudolf Noureev.

Je me suis sentie emportée, partageant une passion commune, vivant des choses fortes à travers la danse.

J’ai été très émue par l’histoire de Rudi, par son caractère bien trempé, fort et déterminé.

 

Ce roman a été une réussite pour moi qui suis passionnée de danse et de littérature.

 

Ma note sera « A » car j’ai eu une lecture émouvante qui m’a laissé voyager à travers la danse et à travers les mots.

 

 

Nota Bene : Des adaptations ou des reportages sur la vie de Rudolf Noureev vont bientôt apparaître à l’écran. J’ai très hâte de voir ce que cela peut donner !

 

 

~Extrait~

 

« C’est comme ça que j’ai commencé à travailler à la cabane. L’été, c’est plus facile, parce que la lumière rentre par le toit. Elle éclaire le centre de la pièce comme une scène. En hiver, il faut une bougie pour voir, et je ne distingue pas bien ma silhouette sur le miroir que Lilia a posé contre le mur. Elle l’a pris sans rien dire à personne et, quand elle l’a rapporté à la cabane, elle était la plus heureuse des sœurs.

-Comme à la salle de danse ! je me suis exclamé en la faisant tourbillonner.

Alors voilà. Le futur grand danseur travaille ses jetés et ses pirouettes sur de la terre battue devant un miroir brisé.»

 

 

IMG_20151119_210822