Une inscription à la FAC réussie !

 

Ça y est, les résultats du bac sont tombés, les inscriptions au supérieur ont démarré et chaque bachelier se doit de se préparer pour une nouvelle vie dans un nouveau lieu l’année prochaine.

 

En ce qui me concerne, c’est la FAC, Lyon 3 Jean Moulin, je vais étudier les Lettres, ce que j’aime depuis toujours. J’ai tellement hâte !

J’attendais donc le jour des inscriptions avec impatience pour découvrir où j’allais me lancer corps et âme !

 

Vendredi 8 Juillet, nous avions pris rendez-vous à 15h30 à la faculté, nous devions donc nous y rendre. C’était sans compter sur notre chance inouïe, mais dirons-nous que nous avons l’habitude et que l’on survit toujours malgré tout.

 

Tout a commencé le vendredi matin, de bonne humeur et impatiente d’y aller, nous avions le temps, le rendez-vous n’était qu’en milieu d’après-midi. Petit déjeuner tranquille, on se prépare pour rester sur Lyon le week-end, car oui, il faut bien fêter le bac avec la mère-grand tout de même, chez qui je vais habiter l’année prochaine justement pendant mes études.

Prenant notre temps, arrive tout de même l’heure de partir, mais bien entendu, c’est à ce moment-là que les coups de file fusent dans le téléphone de mi padre qui se bat pour faire comprendre ce qu’il veut comme il veut, avec le plus de rapidité qu’il peut car nous devons partir !!

 

Ouf, enfin dans la voiture, nous avons une heure et quart de trajet, il est 13h30, nous avons le temps de souffler tranquillement, de mettre la clim et d’écouter Dr Dre à s’en faire péter les tympans dans la joie et la bonne humeur de retrouver notre ville d’origine !

 

Il a fallut que 20 minutes après avoir démarré, on se souvienne que l’on n’avait pas éteint l’ordinateur pour le week-end, petit coup de flipe, c’est pas très rassurant, on décide de rebrousser chemin. Énervés l’un de l’autre de ne pas y avoir pensé, se regardant du coin de l’œil en chiens de faïence, Dr Dre et Eminem sont moins appréciés tout d’un coup dans les enceintes de la voiture !

 

Second départ, et cette fois c’est le bon, mon père speed, nous n’allons pas forcément être en avance mais nous pouvons encore être à l’heure. C’est reparti, le temps file, et cette fois, Lyon nous voilà !

 

Quelle était la probabilité qu’un vendredi en pleine après-midi, il y ait des bouchons sur l’autoroute lorsque nous sommes un retard pour un rendez-vous pour les inscriptions pour la FAC pour moi ?! Bien sûr, il suffit d’une chance sur mille pour que ça tombe sur nous.

Trois quart d’heure de bouchons, il est 15h30, nous n’avons même pas traversé le tunnel pour rentrer dans Lyon, c’est la panique à bord.

Je me dis qu’ils ne m’attendront jamais pour le rendez-vous des inscriptions, surtout que c’était le dernier horaire marqué de la journée sur leur site, c’est la catastrophe. Aucun numéro de téléphone pour les prévenir, pour les supplier de m’attendre, je ne sais plus quoi faire !!

En panique, j’appelle ma mère-grand, il faut qu’elle y aille, c’est à 10 minutes à pieds de chez elle, elle doit leur dire de m’attendre, leur faire du charme, peu importe ! C’est en 2 minutes qu’elle y sera, essoufflée comme un bœuf pour venir en aide à sa petite fille.

 

Quand enfin nous y sommes, je saute de la voiture, que mon père puisse se garer, stressée, je pars, seule, à la recherche de la bonne entrée de l’université pour les inscriptions.

Je vois des jeunes, je suis sauvée, c’est ici ! Je claque mes minis talons sur le béton et me dépêche d’avancer.

Une jeune fille de la sécu pour les nouveaux étudiants m’interpelle « Bonjour, tu viens ici pour les inscriptions ? ». Un instant d’hésitation, je la regarde, je ne me suis pas mise sous cette sécu là et ils m’énervent à vouloir faire de la PUB, déjà à la sortie des résultats du bac ils nous interpellaient pour nous demander si nous avions une sécu. Ce à quoi j’avais répondu que moi, je venais de passer le brevet, ça passe crème comme on dit, avec ma bouille d’enfant et mes 1m50 !

Bref, cette pauvre jeune fille qui ne souhaitais que m’aiguiller sur la bonne sécu à prendre s’est pris mon agacement et mon stress dans la figure, c’est alors avec gentillesse et bonté que je lui ai dit « Oui mais je suis en retard !! ».

J’ai entendu des rires derrière moi et un étudiant qui me disait de ne pas m’inquiéter, qu’ils m’attendraient.

 

Et oui, en fait, je n’avais rien compris (enfin ce n’était pas précisé sur le site non plus). Il ne s’agissait pas de rendez-vous précis à un horaire précis avec une personne précise mais plutôt d’une plage horaire qui permettait aux étudiants de venir de 15h30 à 16h pour effectuer un parcours d’inscriptions, le tout avec des étudiants fort sympathiques qui aidaient et informaient les jeunes paumés comme moi pour leur inscription à la FAC.

 

En bref, je n’étais pas en retard, j’ai fait courir ma grand-mère pour rien, j’ai agressé une jeune fille pour rien, et j’ai sué pour rien.

 

Ce n’est pas grave, j’ai été rassurée de voir qu’au moins, j’avais tous les papiers, et que les étudiants étaient sympas. Sans compter qu’en examinant les mâles de l’université, je savais que j’avais de quoi me mettre sous la dent l’année prochaine.

 

Je suis rentrée dans l’appartement de ma mère-grand, me posant, non plutôt m’affalant sur le canapé, ma carte d’étudiante pour l’année prochaine dans la main, attirant toute mon admiration, je suis restée une heure à la regarder, soupirant de joie et me la prenant en pleine face aussi à chaque fois que je la faisais tomber.

 

IMG_20160710_131421 

IMG_20160710_131903