Instruisons nous, culturons nous.

 

Aujourd’hui c’est la rentrée, et quelle rentrée !

 

La veille de la rentrée, je ne dors jamais.

Cette année, je ne suis pas tant stressée que ça.

Je sais que je vais retrouver la même classe, à quelques élèves près, que l’année dernière.

De plus, je sais que les maths et les sciences ont disparus de ma vie et que je vais enfin pouvoir étudier ce que j’aime !

 

Simplement, j’ai pris l’habitude de me coucher tard et de me lever tard.

Il est déjà minuit et je me lève demain à 6h !!

Oui, mais mon livre est trop bien, je n’ai pas envie de le quitter.

Et puis, il fait trop chaud, je ne suis pas fatiguée.

Après tout, je m’implique jusqu’au bout dans mon devoir de Littéraire en lisant même la nuit !

 

Quand vient enfin le raisonnement, je me couche et me tournant dans tous les sens je tente de dormir.

Sans compter que le chat s’attaque à mes pieds dès que je bouge pour s’amuser.

Elle, c’est sûr elle ne dort pas.

 

Quelques heures après je me réveille entendant mon père faire du bruit.

Mais je n’ai pas entendu mon réveil sonner.

Je regarde alors l’heure.

Il est 4h !!

Mais que fais-t-il debout ?

Je lui dis qu’il est 4h.

« Ah bon ? » me répond-il,

« Il n’est pas 6h ? […] tant pis, j’ai des choses à faire. »

 

Je me rendors, exaspérée, pour deux petites heures.

Bien petites.

Je me réveille ensuite avant que mon réveil sonne mais j’attends la sonnerie pour me lever.

Je me lève, allume la lumière.

La tête me tourne, les yeux me piquent.

Pff, dire que je vais devoir me lever maintenant tous les jours cette heure là !

 

Le pire là dedans, c’est que je commence à 8h mes cours mais que je dois me lever à 6h parce que le bus mets une heure pour faire ce que je ferais en vingt minutes en voiture…

 

Après s’être réveillée par une bonne douche,  je choisis mes vêtements.

Je dois être apprêtée mais simple et bien pour ce jour de rentrée.

 

7h10 rendez vous à l’arrêt de bus.

Je retrouve mon gentil chauffeur.

Ironie ?

Non…

Au moins, il n’a plus son bus de l’année dernière.

Un bus de l’antiquité, qui roulait faisant vrombir le moteur, les sièges se décollant et partant en lambeaux avec une porte dans laquelle le chauffeur devait taper pour qu’elle s’ouvre.

Non, cette année nous avons un bien joli bus.

 

Seulement, nous avons toujours le même chauffeur.

Très amusé sur la route, la joie de vivre en lui sans doute, il roule aussi vite voire plus vite qu’une voiture dans les petites routes de campagnes, ne ralentissant même pas quand il y a des dos d’ânes.

C’est quand son anniversaire ?

Que je lui offre une journée de Karting.

Si un jour, un bus d’écoliers se retrouve dans le fossé, sachez que je veux donner mon corps à la science.

Merci.

 

Au lycée, il y a une nuée de monde !

Les secondes ont 7 ou 8 classes.

Les parents des années 2000 étaient coquins…

 

Ces secondes ils sont sympas, ils sont tous plus grand que moi.

Je suis en quoi déjà ?

Ah oui Terminale…

 

D’ailleurs l’heure a sonné pour moi de découvrir mon prof principal.

Découverte horrifique, nous nous trouvons dans la classe de philosophie.

Nous avons entendons des échos du prof qui font peur.

Nous entrons.

Grand silence.

Il ne dit pas bonjour.

Il nous demande de nous présenter un par un en disant ce que nous envisageons plus tard.

De ses petits yeux sévères derrière ses lunettes, il dévisage ceux qui répondent qu’ils ne savent pas encore leurs projets d’avenir.

A d’autres qui ont le malheur de dire qu’ils « aimeraient » faire ci ou ça il leur demande pourquoi ils aimeraient seulement et qu’ils ne le feraient pas.

Il a l’air sympa sinon.

Il entame un discours qui m’a bien fais rire.

Tout d’abord, expliquant ce en quoi consiste la philosophie il nous dit que nous n’avons que de la « merde, de la chiure » dans le cerveau et que nous sommes incapables de penser par nous même.

Nous sommes des « cerveaux foetus ».

Puis, il nous dit «  Avec moi, nous allons débattre et je vais en contrarier certain. De toute façon vous n’êtes pas là pour m’aimer et je m’en fous. Je vais vous faire pâlir, rougir, pleurer. Vous allez chier dans votre petite culotte. L’année dernière une élève a eu des crises de boutons avec moi. Et c’est ce que je recherche. »

Sympaaaaa !!!

Je l’adore déjà ce prof.

Et je ne dis pas ça ironiquement cette fois.

Il est génial, il essaie de nous faire peur mais nous pouvons apercevoir qu’il a un petit rictus qu’il s’efforce de cacher lorsqu’il nous débite ce discours, tant bien que ses lèvres tremblent.

 

De nature timide, j’ai soudain vraiment hâte de débattre avec lui !

 

Il nous explique ensuite le programme et les notions que nous allons étudier.

Cela me plais bien, j’ai bien envie de réellement commencer.

Finalement, l’année va être sympa.

 

Nous partons manger ensuite.

Dans un self en travaux, dont nous ne verrons d’ailleurs pas la fin car il sera finit pour les autres années.

Nous mangeons donc la moitié dans le self, la moitié dans le foyer et la salle TV.

 

Nous avons ensuite un peu de philosophie.

Partons dans un autre monde pour débattre de la vie, du bonheur et du plaisir.

Le plaisir est-ce le bonheur ?

Faut-il se restreindre pour mieux apprécier le bonheur ?

La liberté existe-t-elle vraiment si nous en sommes inconscients ?
Qu’est-ce que l’Homme ???!!!

Non, en fait, nous faisons de la méthodologie pour notre épreuve de bac.

C’est important aussi…

 

Direction deux heures d’histoire avec un prof que j’ai déjà eu pendant deux ans.

Un bon prof certes, mais qui parle beaucoup, beaucoup…

Et qui m’endors déjà le premier jour.

Quand est-ce qu’on écrit là ? Parce que moi je m’end…ZZZ…

La sonnerie retentie.

Libérée, délivrée. (vous allez me détester !!)

 

Je descends prendre le bus.

Mon sac est rempli de beaux livres de cours que je n’ouvrirais jamais.

 

Je remonte enfin  dans le bus de mon gentil chauffeur.

Il m’avait manqué depuis ce matin.

 

Une fois à la maison, je vais pouvoir me reposer un petit peu.

Noooon  voyons!

Je suis harcelée par mon père et ma grand-mère qui veulent tout savoir de mes journées.

 

Quoi  le chat ? Toi aussi tu veux tout savoir ? Bon je vais écrire ça ira plus vite ! Vous n’aurez qu’à lire !

 

 

06

06

06