L'extraodrinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puértolas, 2013

 

Romain Puértolas

 

 

Carte d’identité du livre :

-Auteur : Roman Puértolas est né à Montpellier, en 1975. Enfant, il souhaite devenir coiffeur-trompettiste, mais le destin en décide autrement. Ballotté entre la France, l'Esapgne et l'Angleterre, il est tour à tour DJ turntablisse, compositeur-interprète, professeur de langues, traducteur-interprète, steward, magicien, avant de tenter sa chance comme découpeur de femmes dans un cirque autrichien. Rapidement débouté à cause de ses mains moites, il décide de s'adonner à la lecture compulsive. Auteur de quatre cent cinquante roman en un an, soit 1,232876123 romans par jour, il peut enfin ranger ses propres livres dans sa bibliothèque Ikéa. Malheureusement, dépossédé de 442,65 de ses romans par des extraterrestres doués d'une intelligence et d'un goût très sûrs, Romain Puértolas se retrouve avec une bibliothèque en cageot de pêches bancale et désespérément vide. Il embrasse à présent une carrière de lieutenant de police en France et n'a plus qu'une seule chose en tête: retrouver ceux qui ont fait le coup...

-Date de sortie : 2013

-Edition : La dilettante

-Nombre de pages : 256

 

 

 

Résumé du roman :

 

« L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, c'est une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l'Europe et la Lybie postkadhafiste, une histoire d'amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d'une terrible réalité: le combat qui mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle.»

 

stock-illustration-13679729-arabesque-decoration

 

Résumé personnel :

 

Et s'il arrivait que par mégarde vous soyez bloqué dans une armoire Ikea, qu'on ne vous prenne pas au sérieux lorsque vous assurez avoir voulu prendre les mesures de ladite armoire et que vous n'êtes pas un clandestin, et le tout en chausette ?!

 

Ajatashatru Lavash Patel (à prononcer, selon les aptitudes linguales, "j'arrache ta charrue" ou "achète un chat roux") est un Fakir qui a décidé d'être écrivain lors d'une escale dans la soute d'un avion avec un chien. Mais avant cela, Monsieur Lavash a eu quelques mésaventures...

 

Mon avis :

 

J'avais entendu beaucoup de bien de ce roman.

Et c'est en voyant ma grand-mère rire aux éclats en lisant ce livre que je me suis promis de le lire à mon tour. Et encore une fois, l'auteur a conqui quelqu'un!

Ce roman est le récit d'une histoire invraisemblable. Tant et si bien que je ne dirais rien sur son contenu car ce serait gâcher l'effet de surprise à la lecture.

D'ailleurs il n'y a même pas de résumé sur la 4e de couverture!

Quelle ne fut pas ma surprise de voir un citation d'Orelsan au début du roman! Chanteur que nous aimons beaucoup mon copain et moi, surtout mon copain qui est vraiment fan.

Enfin bref, tout àa pour dire que, dès l'entrée en matière du livre, je me suis dis que ça allait être une bonne lecture.

Et en effet! L'histoire de ce fakir est à se plier de rire. Avec des éléments tellement incongrus que ça en devient drôle.

Puis, on s'habitue et on n'attend ensuite que ça: qu'il se passe des choses complètement farfelues.

Bien sûr, c'est grotesque. Mais c'est à prendre vraiment au secon degré pour se laisser emporter dans l'histoire.

L'auteur en lui-même, avec ses expressions, est très drôle. Ce roman est rempli d'humour.

Le style de l'écrivain est certes très basique et ne demande pas une grande littérarité, un grand travail de l'écriture, mais c'est le récit en soi, drôle et frais, qui fait la richesse du roman.

Et il n'en reste pas moins pourtant qu'il s'agit d'une belle histoire.

On s'éprend de sentiments pour cet homme qui était resté coincé dans une armoire Ikea, et suivre ses aventures, c'est certes très drôle, mais aussi, presque touchant. L'histoire ets belle.

La fin de ce roman est tout aussi magnifique, bien qu'innattendue, elle clot parfaitement le livre.

Et je trouve cela super important de ne pas être déçue par la fin d'un roman quand on a autant aimé le lire que moi!

Bref, je suis ravie, je n'ai pas vu le temps passer à ma lecture et j'ai beaucoup rigolé.

Ma chronique n'est pas très développée au sens du contenu de l'histoire mais j'insiste sur le fait que c'est tellement incroyable dans tous les sens que ce serait vraiment dommage de raconter ce qu'il se passe pour ce fakir.

Tout ce que je peux dire c'est que je ne regrette pas mon choix de lecture de mon second roman du mois d'aout pour mon challenge 1 mois = 1consigne.

Roman à mettre entre toutes mains pour un moment de détente, de rigolade et de fraîcheur !

 

Ma note est un joli "A" pour ce roman qui m'a fait rire et qui m'a fait voyager avec ce fakir attendrissant aux aventures incroyables.

 

~Extrait~

«Le premier mot que prononça l'Indien Ajatashatru Lavash Patel en arrivant en France fut un mot suédois.

Un comble!

Ikea.

Voilà ce qu'il prononça à mi-voix.

Cela dit, il referma la porte de la vieille Mercedes rouge et patienta, les mains posées comme un enfant sage sur ses genoux soyeux.

Le conducteur de taxi, qui n'était pas sûr d'avoir bien entendu, se retourna vers son client, ce qui eut pour effet de faire craquer les petites billes en bois de son couvre-siège.

Il vit sur la banquette arrière de son véhicule un homme d'âge moyen, grand, sec et noueux comme un arbre, le visage mat et barré d'une gigantesque moustache. De petits trous, séquelles d'une acné virulante, persemaient ses joues creuses. Il avait plusieurs anneaux dans les oreilles et sur les lèvres, comme s'il avait voulu refermet tout cela après usage à la manière d'une fermeture Eclair. Oh, le joli système! Pensa Gustave Palourde, qui vit là un fantastique remède contre les papotages incessants de sa femme.»

 

 

IMG_20160911_171157