Fallait pas me chercher ! d'Emma M. Green

fallait-pas-me-chercher---l-integrale---tome-1-807647-250-400

 

Sorti le 23 Juin 2016 chez les Éditions Addictives.

 

Obstinés, fiers, passionnés: ils étaient faits pour se détester.

J’ai 24 ans, un père tyrannique, un empire babylonien à gérer et un objectif dans la vie: m’imposer dans ce monde d’hommes qui voudraient me contrôler. Mais ça, c’était avant que Nils Eriksen, le type le plus agaçant et le plus sexy qui soit, se mette en travers de mon chemin !
Elle a un petit air rebelle, un joli cul et un caractère de feu.
Même quand je lui sauve la vie, cette foutue princesse n’est pas du genre à dire merci. Je le sais, Valentine Cox n’est pas une femme pour moi… Mais combien de temps vais-je pouvoir lui résister?
Pourtant, sans cesse, nos destins s’entrechoquent, s’entremêlent, et nos corps ne demandent qu’à les imiter...

 

UNE ROMANCE A DEUX VOIX… EXPLOSIVE!

 

Derrière les livres d'Emma Green il y a en réalité deux auteures, deux belles plumes françaises qui ont développé très tôt le goût d'inventer des histoires d'amour et d'aventures. Avec son écriture aussi drôle qu'incisive, Emma Green a séduit des dizaines de milliers de lecteurs avec Cent facettes de Mr Diamonds, Toi + Moi, Call me Baby, Call me Bitch, Love me if you can, Kiss me if you can, Bliss, Jeux interdits et Jeux insolents publiés aux Éditions Addictives. Elle revient aujourd'hui avec Fallait pas me chercher!, un roman à deux voix absolument irrésistible qui met en scène Nils Eriksen, un personnage culte des livres de June Moore!

 

 

Mon Avis

 

Ce roman était vraiment très bon.

Un mélange de suspense érotique avec une touche d’humour vraiment bonne.

Les deux personnages sont excellents et c’est un véritable plaisir de les suivre dans leur aventure. Et bien sûr, on en veut encore avec cette fin qui arrive bien trop vite!

Tout d’abord, l’histoire commence par une situation improbable! Je n’aurais jamais cru commencer un roman que je qualifierais d’érotique, avec un tel scénario, et cela en a carrément rajouté à la notion comique du livre.

J’ai adoré dès le début le personnage de Valentine (et aussi de son amie Aïna, même si elle n’est que secondaire).

Fraîches et drôles, mais aussi mystérieuses et à forts caractères, les deux jeunes femmes donnent envie de plus les connaître!

Et bien sûr, le beau goss, c’est lui qui fait craquer toutes les petites culottes!

On ressent dès le début une certaine tension à son égard et on sait qu’il va se produire quelque chose: C’est l’homme de la situation. Et c’est justement ça qui est bon : sentir cette tension sans savoir quand et comment quelque chose va tomber.

Bref, le déroulement de l’histoire est juste génial car je trouve qu’on ne s’attend pas forcément à ce qu’il va se passer. C’est vrai, on ne se doute pas du rôle qu’allait jouer notre beau Nils.

Et puis j’aime ce côté tout de même mystérieux des personnages, et ce même pour le lecteur. Car, même si on en sait un peu plus qu’eux l’un sur l’autre, cela reste assez vague et donne vraiment envie d’en connaître plus. C’est d’ailleurs pour ça que la fin est insupportable!

Le roman s’arrête sur un moment crucial qui tend à développer les sentiments des deux personnages principaux. Puis, entre parenthèses, c’est une bombe qui s’est installée sur moi quand j’ai vu que c’était la fin alors qu’il me restait des pages! Et oui, je n’avais pas vu qu’il y avait un extrait d’un autre livre.

Ce que j’ai beaucoup apprécié également, ce sont les scènes érotiques qui sont là en toute subtilité. Parfois, on ne s’y attend pas trop et parfois on n’attend que ça. Mais il n’y en a pas à outrance, ce qui est parfait car ça ne tombe pas dans le vulgaire de la routine sexuelle. Ça donne encore plus envie car on sent surtout les tensions entre les deux personnages adorés.

Pour faire plus court tout simplement, j’attends la suite avec une impatience folle!

 

 

C’est donc un gros coup de cœur « A++ » pour cette romance érotique que j’ai adoré lire !

 

 

Extrait

 

«Malgré son appétit d’ogre, il mange proprement. Et je ne peux pas m’empêcher de trouver sensuels ses doigts luisants de gras qui pénètrent à peine entre ses lèvres humides chaque fois qu’il engloutit une nouvelle bouchée.

Là, tout de suite, je voudrais juste être l’extrémité d’un pouce.

Nils accepte volontiers de finir mes cookies (à peine entamés) et je le regarde se régaler sans un mot, comme si c’était un moment sacré. Je ne parle pas non plus, bêtement absorbée par les mouvements de ses mains, de ses lèvres, de ses mâchoires en pleine action. J’espère juste qu’il me croie trop fatiguée pour faire la conversation.»