Captive in the Dark, Cj Roberts, 2013

 

YY01

 

Carte d’identité du livre :

-Auteur : CJ Roberts, ancien membre de l’US Air Force, vit en Californie avec son mari et ses deux filles. Sa série atypique est un best-seller aux Etats-Unis et en cours d’adaptation pour la télévision.

-Date de sortie aux Etats-Unis : 2013

-Edition : Neurotica Books

-Date de sortie en France : 2015

-Edition : Pygmalion

-Traductrice : Paule Duverger

-Nombre de pages : 276

 

 

 

 

 

 

  

 

Résumé de la quatrième de couverture :

 

« Le nouveau phénomène qui va vous faire oublier tous les autres !

La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son «arme» doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera. La fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée... Elle sera sa conquête.

Dans ce huis clos étouffant, le bonheur est-il encore possible ?»

 

 

stock-illustration-13679729-arabesque-decoration

 

 

Résumé personnel :

 

Est-il possible d’aimer une personne qui vous fait du mal ?

Les sentiments sont-ils rationnels ? Comment peut-on les gérer ?

 

La vengeance est-elle plus forte que tout ? La haine plus forte que l’amour ? Jusqu’où peut-on aller par désir de se venger ?

 

Caleb a vécu des choses affreuses durant son enfance, et tout ce qu’il souhaite c’est se venger avec son « protecteur », celui qui l’a recueilli. Depuis douze ans, il se prépare à se venger mais pour cela il a dut se tourner vers le « mal »…Il a fait des choses incompréhensibles mais il ira jusqu’au bout. Et c’est avec cette fille très spéciale qui va pouvoir se venger.

 

 

Mon avis :

 

Ce roman entre dans le cadre de mon challenge 1 mois = 1 consigne, mois de février, mois de l’amour, de l’érotisme, bien que ce livre soit loin d’une romance amoureuse…

 

Et bien je peux dire que ce fut une lecture assez bouleversante.

Tout d’abord, j’ai beaucoup eu d’échos positifs sur ce roman et  il m’attirait vraiment, sa couverture étant par ailleurs très séduisante.

Je me suis lancée dans ma lecture et c’est dans une histoire bien noire que je me suis plongée !

Aux premières pages, on ne comprend pas très bien où le narrateur veut en venir et c’est assez flou comme histoire. Puis, j’ai lu les quatre premiers chapitres et là le choc.

A vrai dire, je ne m’attendais pas à autant de dureté, de violence, et j’en avais mal au cœur.

Caleb fait subir des choses affreuses à cette jeune fille dont il a fit sa captive et c’est assez dur à lire.

Je ne m’attendais pas du tout à ça et je me suis vraiment demandée comment cela pouvait être possible qu’il en découle une histoire d’amour !

J’ai, d’ailleurs posté sur plusieurs groupes de lectures pour vous  demander votre avis et j’étais rassurée de voir que je n’étais pas la seule à trouver cette histoire vraiment dure.

Malgré mon dégoût pour ce qui se passait devant mes yeux, je voulais vraiment continuer ma lecture. Vous savez, la curiosité malsaine de l’Homme, il n’y a rien de pire !

Et puis, je m’étais déjà bien attachée aux personnages. Et c’est ça le pire ! C’est que même  ce Caleb que je percevais comme un monstre pour ce qu’il faisait subir à Livvie, sa captive, arrivait à être pardonnable par son dur passé et grâce à ses sentiments que l’on pouvait tout de même ressentir. Puis, Livvie ne le déteste pas, elle a même besoin de lui pour se sentir rassurée et c’est très troublant de se retrouver face au syndrome de Stockholm.

Dans un scénario que je trouvais affreux, j’oscillais entre le dégoût et l’excitation, étant plongée dans les émotions de Livvie qui ressentait donc ce mélange de sentiments.

C’est donc très dur, troublant même et c’est vraiment bien fait, bien écrit pour procurer autant d’émotions antithétiques !

Je reste dubitative car j’ai carrément été troublée par certaines scènes mais surtout par ce que le personnage ressentait derrière et m’a transmis.

Malgré tout, j’ai été submergée par l’histoire et voulais toujours plus, et me sentir aussi touchée par un livre me fait dire qu’il s’agit là d’un bon livre.

Je regrette un peu la fin que j’ai trouvé plutôt fade par rapport au reste de l’histoire que ne laissait pas une minute de répit, mais j’espère que c’est pour encore mieux embrayer sur une suite captivante…que j’attends déjà avec impatience !

 

Ma note sera donc un coup de cœur « A+ » pour un livre qui m’a profondément troublé et auquel je suis devenue accro en un rien de temps.

 

~Extrait~

 

«Elle l’avait appelé Caleb.
Elle avait crié son nom… mue par la peur, la colère, l’envie de lui. Que Dieu lui vienne en aide –
cela l’avait mis dans tous ses états. Il avait atteint les limites de son désir pour elle et, dans son esprit, la seule façon de s’en guérir avait été de la posséder. La chair était faible et il y avait cédé, pour elle.
La façon dont son corps avait répondu à ses caresses était tout bonnement incroyable dans de telles circonstances. Mais son corps était naturellement complaisant, crépitant du besoin d’être touché. Il s’était laissé emporter, se montrant plus brutal qu’il n’en avait eu l’intention, et n’était plus certain de ce qu’il devait faire. C’était un sentiment entièrement nouveau pour lui.»

 

 

IMG_20160227_113037