Bon appétit Beaufond-la-Croix d ’Olivier Darcourt

 

13413563_10205931595880321_1271992681505214185_n

 

L’auteur : « J'écris depuis une dizaine d'années maintenant, j'ai commencé à gratouiller pour une troupe de théâtre dont j'ai longtemps été membre. J'ai écrit une pièce intitulée "Un vrai baiser de théâtre" disponible sur la théâtrothèque.com, mon premier roman "Le blanc des yeux" sort début 2015 aux éditions Terriciäe, le second opus est actuellement en recherche d'éditeur, et je travaille sur le troisième... »

 

La maison d’éditions :  L'ivre-book Editions dans la collection Enigma

                                         Publié le 30 Juillet 2016

                                         Nombre de pages : 317

 

 

Résumé :

 

Les aventures burlesques et fantastiques d'une bande de pieds-nickelés menant une enquête à laquelle ils ne comprennent rien. 
Pas terrible comme synopsis, voici donc un writer's cut en version longue: Stéphane Dorian est le seul policier municipal de Beaufond-la-Croix. Il rêvait d’être gendarme, mais une pathologie neurologique l’en empêcha, il est dyspraxique : il a un déficit de coordination de la parole et des mouvements. 
Du jour au lendemain, le tranquille petit hameau fait la une des actualités : certains notables meurent mystérieusement, apparemment victimes de « combustions spontanées ». Les forces de l’ordre du village, débordées et désireuses de ne plus avoir le trop zélé agent Dorian dans leurs pattes, lui proposent de reprendre officieusement une enquête jamais élucidée : la disparition de l’ancienne adjointe au maire Mathilde Balard, qui n’a plus donné signe de vie depuis 22 ans. 
Stéphane entreprend de nouveaux interrogatoires, mais doutant des propos de certaines personnes, il demande l’appui de son ami d’enfance Franck Permutt, lui aussi atteint d’une étrange pathologie, il n’a plus de fonction de schématisation. Franck est incapable de faire quoi que ce soit autrement qu’en musique, ne s’exprime que par métaphores et se perd dans sa propre maison. 
Mais Franck possède également un don curieux : celui de déchiffrer les gestes et intonations des gens qui mentent…

 

 

Mon avis :

 

Tout d’abord, je remercie l’auteur de m’avoir confié son livre pour en faire une critique.

 

Parfois, avec tous les livres que j’ai à lire (et je ne m’en plains pas attention !) en passant par les services presses des maisons d’éditions, ceux des auteurs indépendants et mes lectures personnelles, il y a certains bouquins qui traînent dans ma Pile à Lire et que je tarde à lire pensant qu’ils ne me plairont pas…

C’était un peu le cas pour ce livre, bien que je ne connaissais rien ni de son contenu, ni de l’auteur, j’appréhendais de le lire.

Mais de quelle stupidité j’étais !

 

Alors ça faisait longtemps que je n’avais pas lu tout ce qui touche le domaine des thrillers, policier etc., et je peux dire que ce roman m’y a vraiment redonné goût !

 

J’ai juste vraiment adoré ce roman et je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à un tel déroulement de l’histoire.

 

L’auteur met tout d’abord le lecteur dans un bon contexte du village, avec tous ses personnages typiques. Ce village qui est imaginaire, en Haute-Savoie, reflète pourtant bien la réalité d’un village campagnard avec toutes ses petites histoires (et je peux en témoigner, habitant vraiment dans un village semblable…Enfin, sans les meurtres tout de même ! Quoique... ; Bon pour la petite anecdote, même si ce n’est pas drôle du tout, du tout… J’étais en train de lire ce roman, à fond dedans, ambiance du village de campagne qui me fait rire, meurtre et tout, quand là j’apprends, qu’un meurtre a été commis dans mon village ! Non ce n’est pas une blague, un truc de dingue. J’étais vraiment dans mon livre, alors j’ai cru rêver… Enfin bref, je retourne à mes moutons…)

 

C’est avec beaucoup de précisions humoristiques donc que l’auteur décrit son village et c’est ce que j’ai adoré.

Puis l’arrivée d’un personnage, encore inconnu du lecteur, mais bien ancré dans son village. Le policier municipal qui paraît idiot aux yeux de tous à cause de sa pathologie. Mais finalement, il va s’avérer qu’il n’est pas si idiot que ça…

 

La suite est juste incroyable car ce n’est pas juste dans un simple meurtre que l’auteur nous fait tourbillonner l’esprit. Ce n’est pas non plus les personnages auxquels on s’attend qui résolvent l’enquête.

Et les scènes sont vraiment drôles mais en tout subtilité, ce qui est vraiment bon.

De plus, l’auteur écrit avec une certaine délicatesse surtout lorsqu’il s’agit des descriptions, c’est très agréable et même poétique, ce qui peut être surprenant pour un roman policier, c’est très agréable à lire.

 

Je ne souhaite pas révéler grand-chose car c’est un roman qui mérite d’être lu dans son intégralité.

C’est une enquête vraiment très bonne, qui m’a vraiment accrochée. Je ne pouvais détacher les yeux des lignes tellement je voulais savoir la suite  des évènements !

 

Même les choses les plus infimes ont un sens, des choses que je ne suspectais même pas et c’est vraiment bon de découvrir le pourquoi du comment !

 

Un roman policier, comique et fantastique, écrit avec une plume superbe que je conseille vraiment et je ne regrette pas d’avoir sortie de ma PAL. Je regrette juste de ne l’avoir qu’en ebook et pas en papier…

 

C’est avec un grand « A+ » que je note ce livre car j’ai eu un coup de cœur pour ce roman qui m’a vraiment donné l’envie de relire des policiers. Un coup de cœur pour un auteur qui mérite d’être édité et d’être connu car son roman est vraiment très bon. Tout, son enchaînement des évènements et sa plume parfaite méritent vraiment d’être lus.

 

 

Extrait :

« -Les métaphores c’est pas mon truc.

-Tu devrais fumer plus souvent, je capte tout ce que tu dis. Tu sais man, y’a aucun génie du crime à Beaufond, y’a que des paysans. Alors mets-toi au taf et retrouve la mère de ton pote, ça leur clouerait le bec à tout ces cons ! Et tu leur montrerais qui t’es !

-Et qui tu crois que je suis ?

-Un keuf, cousin. Et ouais, man, t’as beau te planquer derrière ta maladie, t’es un keuf.»

 

 

Interview de l’auteur :

 

Tout d’abord, j’aimerais en savoir un peu plus sur vous et sur votre relation avec l’écriture.

 

« J'ai commencé à écrire il y a une douzaine d'années pour une troupe de théâtre, "Les têtes de l'art" d'Annecy où je me suis beaucoup amusé, j'ai d'abord pondu une pièce burlesque "Un vrai baiser de théâtre", et puis j'ai eu l'idée d'écrire un premier roman parce que l'histoire que j'avais imaginé pour celui-ci était impossible à raconter sur une scène, au final je crois qu'on peut dire que c'est moins l'écriture en elle-même qui me passionne que le fait de raconter des histoires.

En gros j'écris des romans depuis que je ne monte plus sur scène. »

 

 

D’accord, merci. Et donc pour ce roman, l’inspiration est venue d’après votre expérience théâtrale ou plus tard ? En somme, qu’est-ce qui vous a inspiré ce roman policier ?

 

« Ce roman là (le second) est un peu spécial, c'est un "assemblage" de deux intrigues différentes sur lesquelles j'avais commencé à travailler, je cherchais un sujet rarement abordé et j'avais eu l'idée d'un journaliste enquêtant sur des combustions spontanées, et parallèlement j'avais lu dans le cadre de mes recherches pour mon premier livre quelques ouvrages de neurologie, et certaines pathologies surréalistes m'ont encouragé à laisser tomber le personnage du journaliste pour deux amis handicapés neurologique, l'élément fantastique de l'intrigue s'est naturellement ajouté et m'a servi à lier tout ça. »

 

 

Merci pour cette réponse. Y a t- il des éléments inspirés de faits qui se sont réellement passés ?

 

« Ha non, disons que géographiquement parlant, Beaufond s'inspire vaguement de la ville où j'ai grandi, mais l'histoire est 100% imaginaire, et toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé... etc. »

 

 

Peut-être est-ce une interprétation personnelle, mais à la fin de votre livre le personnage qui est le tueur, a un discours qui s'avère être presque humaniste en fin de compte ! Est-ce que vous avez souhaitez faire passer un message personnel à travers ses paroles ou est-ce juste le hasard, votre plume qui vous a guidé si je puis dire ?

 

« Humaniste je ne sais pas, mais je voulais que les motivations du "méchant" soient compréhensibles à défaut d'être excusables, et ça passait par une froide lucidité du monde dans lequel ce type vit, je voulais faire rire et tenir en haleine, mais en même temps j'avais envie d'être honnête, je ne voulais pas décrire une société où tout fini toujours bien et où il n'y a aucun clivage, je crois que l'histoire fini plutôt bien pour les héros, mais je voulais éviter le "too happy end". »

 

 

Et bien c’est quelque chose qui m’a beaucoup étonné et plu ! Avez-vous des remarques en particulier à faire à propos de ce livre, une note à dire aux lecteurs ou quoique ce soit d’autre ?

 

 « On me demande souvent mes influences pour cette intrigue, qui est tout de même assez particulière, j'ai été très inspiré par 3 œuvres précises, le seul roman de Pierre Desproges "Des femmes qui tombent", l'un des premiers films réalisé par Clint Eastwood "High plains drifter" qui raconte l'histoire étrange d'un cowboy fantôme qui revient dans la ville où il a été assassiné pour se venger des habitants, et puis le thriller "The médusa touch" avec Burton et Ventura, que je cite d'ailleurs dans le roman. En dehors de ça, je laisse les gens tirer les conclusions qu'ils veulent de ce livre, mais au final ce n'est rien d'autre qu'un divertissement, en tout cas de mon point de vue! Je précise seulement que toutes les pathologies neurologiques décrites dans l'intrigue existent réellement, même celle de Franck Permutt! »

 

Merci pour ces précisions ! Quel est votre premier roman ?

 

« Mon premier roman est un thriller freudien à tendance comique, "Le blanc des yeux», j'avais trouvé un éditeur pour celui-là également, mais il a dépassé le délai légal de parution de 18 mois, ce qui fait que je récupère les droits le mois prochain et qu'il n'est encore disponible nulle part. Mon second roman sort avant le premier en somme! »

 

Vous allez le faire éditer également chez L’ivre-book par la suite ?

 

 « Je vais tenter de leur proposer je pense, si jamais ils n'en veulent pas je l'auto-publierai, j'ai déjà effectué les démarches de recherche pour celui-là et je n'ai pas très envie de remettre ça, d'autant que le troisième est presque terminé et que je vais repartir pour un tour des maisons d'éditions. »

 

Ah, un troisième roman, bonne nouvelle ça ! Toujours dans le registre du comique policier ?

 

« Oui toujours, c'est une "suite" de Beaufond-la-croix, on retrouve certains des personnages mais à une toute autre époque, et pour une histoire radicalement différente. »